Un projet qui profite à chacun, pour le bien de tous

Notre préoccupation permanente lors de l'élaboration de ce projet de société a été qu'il profite à tous. C'est un projet humaniste qui ne doit oublier personne. C'est l'idée du partage et de la redistribution qui doit permettre ça. Ca paraît illusoire tant, aujourd'hui, les inégalités sont fortes et l'individualisme progresse, chacun essayant de se faire une place, ou de préserver sa place, dans une société de plus en plus violente et tendue, où chacun est en compétition avec ses concitoyens.

Les 2 plus grands symboles de cet enjeu de partage sont bien sûr le partage de l'emploi via la RTT et la redistribution des richesses via le revenu citoyen. Ce n'est pas par hasard que ces 2 partages sont au coeur de notre projet. La mauvaise répartition actuelle de l'emploi, 6,5M de chômeurs, de nombreux emplois à temps partiels subits insuffisants d'un coté, des salariés surmenés et en burn-out de l'autre, et de la richesse, avec une échelle de salaires qui s'étire vers des sommets indécents, sont les principales causes de mal-être de nos concitoyens. Et pourtant cette idée de partage ne va pas de soi. Chacun veut préserver ses petits avantages.

Nous voulons dans cette rubrique donner des exemples concrets de résultats que l'on peut attendre des réformes proposées afin que chacun puisse se faire une idée pour sa propre situation. Et chacun pourra vérifier ainsi si notre volonté de "tous gagnant" est respectée.

Avec le Revenu Citoyen, une RTT gagnante pour les TPE et les salariés

Simulation dans un commerce de détail

Cette simulation est importante car une idée très répandue est que la RTT est impossible dans les petites entreprises, car 10% de temps libéré par 2 salariés ne permet, en général, pas de constituer un poste décent pour un nouveau salarié. C"est toute la force du couplage entre la RTT et le RC, combiné avec la réforme de simplification de la protection sociale, ainsi que cela est présenté dans la page dédiée, que nous proposons de lever ces difficultés. L'exemple ci-dessous est construit avec avec les hypothèses de nouvelle fiche de paie qui est présentée en bas de la page fiscalité des particuliers. Cette nouvelle grille de salaire est étudiée pour que le passage de 35 à 32h, pour les bas salaires (<1,4 smic) se fasse avec une revalorisation entre 10 et 20% du revenu global. La conséquence de cela est qu'un saut direct à 28h peut se faire à revenu identique pour les salariés qui seraient actuellement aux 35h, malgré une baisse de 20% (une journée de plus de libre par semaine) de leur temps de travail. Pour toute entreprise qui, comme le commerce de détail ci-dessus, a actuellement un fonctionnement optimisé à 35h en 5 jours, ça permet donc d'envisager de passer en 4j de 7h sans modifier l'organisation générale. Pour des salariés mieux rémunérés il faudra choisir en une baisse de revenu modérée au regard du temps libéré, ou un nouveau fonctionnement à 32h à revenu identique.